Les ombres de fin d’hiver

Serge Paulus

   



Au bord de la forêt
se choisir un arbre
ne plus en bouger
le laisser nous redroitir

 

 

Sur toute la vallée
l’ombre sinue jusqu’à l’arbre
d’où nous la contemplons
l’ombre floue de l’arbre reportée

Les ombres de fin d’hiver
montent les vallées
sinuent presque parallèles
et se prolongent
d’arbre en ombre d’arbre
leur tracé se suit dans les feuilles
vieilles de tout un hiver.
Les ombres dans le chemin,
les chemins dans la vallée,
les ombres torsées,
sautant de chemin en chemin
et fuyant le soleil de la fin de l’hiver,
dans le dessin des arbres sur le sol,
sont seconde forêt
comme les nervures soulignées par l’hiver
des feuilles éparses en tapis

Les ombres sont un autre chemin
sont, à le découvrir,
un peu de l’indicible

Avioth (Gaume), 2003

 

 
 
Ecrire à l'auteur - son site