bandeau  

Désemparé
Gaston Miron


Retour des oies    
 

Par la nuit de tempête où les phares s'engouffrent
Comme des fouettés et des déterminés
Nous marchons, ignorants de la trappe des gouffres,
Vers l'horreur des demains sans paix ni charité.

Vents, étoiles, déserts, la Ville va nous prendre
Chères amours, et bois et montagnes et prés,
Et lacs de bleus reflets et couleurs de ciel tendre,
Pour enchaîner et abrutir vos libertés.

Où irons-nous, mon âme, à quelle heure servile?
Ô forces de la vie, ô lumières d'été,
Quels pays fabuleux, quelles secrètes îles
Vous hébergent encore en toute intégrité?

Dites-dites-le-nous, les oiseaux de passage
Qui avez bu le vent des pays visités:
Lors d'une escale autour d'un étrange village
Auriez-vous eu cette vision d'un enchanté?
 
 
   
Retour des oies