bandeau  

Lumière des oiseaux
Pierre Morency


Retour des oies    
 

Cette batture, à la naissance de l'estuaire, serait-elle pour moi aussi envoûtante sans la présence des grandes oies des neiges qui, chaque année, d'avril à la fin de mai, viennent y faire halte avant de repartir pour la Terre de Baffin? Ici, juste devant le chalet, est le lieu des contemplations portées par l'incessant jargon des oiseaux blancs. Lieu fertile aussi en spectacles singuliers: le paysage tout à coup s'anime d'une vie étrange, la seule à pouvoir vraiment combler l'écouteur de nature, et parfois même le ravir, au sens premier du terme.

J'étais donc l'autre jour assis devant la grande fenêtre. Sur toute l'étendue du marécage une confrérie de plusieurs milliers d'oies sauvages participaient à leur festin de scirpe, les unes enfouissant la tête entière dans la vase pour rompre les racines, les autres jacassant et déambulant en se dandinant, pendant qu'à leurs postes, en périphérie les sentinelles, immobiles, l'oeil prompt, montaient la garde.

Un monomoteur, sur ces entrefaites, déboucha de la pointe de la Croix et survola le fleuve à moyenne altitude. D'un seul mouvement, les oies déployèrent leurs ailes, créant sur l'air une pression qui me secoua. Elles se réunirent en aboyant, tournèrent devant le chalet, lumineuses et bruissantes, et se déplacèrent vers le fond de l'anse où elles se posèrent pour continuer leurs ripailles. Le spectacle déjà avait tout pour émouvoir les moins sensibles, mais ce qui se passa sur la rive opposée au pied du cap Tourmente, vers le nord, se fixa dans ma mémoire. Je vis la grève entière, qui était blanche sur plusieurs kilomètres, se détacher d'une seule masse, s'élever à hauteur d'arbres, devenir un tapis vibrant qui ondulait. L'immense tissu tourna un moment au-dessus du fleuve, s'allongea, resplendit sous le soleil, puis vint reprendre son état placide de plage étincelante.

Vues de loin, les oies sauvages sont de la neige; le passage d'un avion les fait toujours poudroyer.

On n'a pas idée des surprises que nous réservent une volée de grandes oies.

 
 
  Extrait de…
Retour des oies